Région du Tchologo/Célébration de la journée de l’Enfant à SEPENEDIOKAHA

Région du Tchologo/Célébration de la journée de l’Enfant à SEPENEDIOKAHA

La Commission Régionale des Droits de l’Homme du Tchologo a mené le vendredi 20 novembre 2020 une activité de sensibilisation à l’occasion de la journée internationale des Droits de l’Enfant dont le thème est : « Les Droits de l’Homme et les règles coutumières de la famille »   dans le village de SEPENEDIOKAHA, sous-préfecture de Ferkessédougou. Ce thème  a été animé avec la participation de tous. A la suite de ce thème, des sous thèmes ont été abordés notamment le mandat du CNDH, les problèmes liés au mariage forcé et les viols. Cette activité comptait une quarantaine de personnes dont la chefferie, la jeunesse, les femmes et le corps enseignant

 

L’ambassadeur de l’Egypte au CNDH

L’ambassadeur de l’Egypte au CNDH

Le mercredi 25 novembre 2020, l’Ambassadeur d’Egypte, SE Wael Badawi a été reçu par la présidente du CNDH. L’hôte du jour a tenu à féliciter les institutions de la République notamment le CNDH qui « abat un grand travail dans la promotion, la protection et la défense des droits de l’homme. Le diplomate s’est montré disposé à accompagner le CNDH et ses agents dans l’organisation de stages et des ateliers de renforcement des capacités.

Représentation de la femme dans les assemblées élues/ Le  CNDH  lance un programme de coaching  pour les élections

Représentation de la femme dans les assemblées élues/ Le CNDH lance un programme de coaching pour les élections

Dans la perspective d’une meilleure représentation des femmes dans les assemblées élues en Côte d’Ivoire, le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH),  en partenariat avec  les agences du  système des nations Unies (Onufemmes et le Pnud) ont officiellement lancé  le jeudi 19 novembre 2020, à Cocody, un programme de coaching des femmes pour les élections.  Ce programme, faut-il le préciser,  s’inscrit  dans le cadre de l’accompagnement du Gouvernement dans la représentation des femmes dans ces Assemblées (Conseil général, assemblée nationale, sénat, mairie). « Comment combattre les préjugés et stéréotypes, les discriminations qui participent à la sous-représentation  des femmes dans nos assemblées élues ? Comment lever les pesanteurs socio-culturelles et faire accepter le leadership politique  des femmes? Quelles techniques doivent-elles acquérir pour réussir  une campagne électorale et mobiliser les ressources humaines et financières ? »  Autant de préoccupations, dont  les réponses se  trouvent, selon la présidente du CNDH, Madame Namizata Sangaré, dans ce programme de coaching des femmes. Pour sa part, la représentante résidente du Pnud en Côte d’Ivoire, Mme Carol Flore-Smereczniak, a rassuré les femmes, quant à sa disponibilité à « s’associer  avec les différents partenaires pour promouvoir une forte participation des femmes candidates aux prochaines élections législatives. Cette contribution consistera, entre autres, à des activités de sensibilisation, d’information, d’accompagnement technique, et de plaidoyer auprès des grandes formations politiques en faveur des candidates féminines ». C’est la ministre de la Culture et de la Francophonie, Raymonde Goudou Coffie, qui a officiellement lancé ce programme auquel sont inscrites plus de 150  auditrices. Après les avoir félicitées pour s’être engagées dans ce programme, la ministre a promis être l’avocate des femmes auprès du gouvernement pour une plus grande représentation de celles-ci dans les assemblées élues en Côte d’Ivoire à l’occasion des prochaines  échéances électorales.  

   
Le CNDH présente les rapports 2018 et 2019 au Président de la République

Le CNDH présente les rapports 2018 et 2019 au Président de la République

Le Conseil national des Droits de l’Homme a procédé le lundi 16 novembre à la présentation des rapports annuels 2018 et 2019. C’était au cabinet du ministre en charge des relations avec les institutions de la République et en présence de la Secrétaire d’Etat auprès du garde des Sceaux, ministre de la justice et des Droits de l’Homme, chargée des Droits de l’Homme

En effet, conformément à l’article 3 de la Loi n°2018-900 du 30 novembre 2018 instituant le Conseil National des Droits de l’Homme « Le CNDH élabore un rapport annuel sur l’état des Droits de l’Homme et un rapport d’activités présentés au Président de la République, au Président de l’Assemblée nationale et au Président du Sénat. La présentation à l’Assemblée nationale et au Sénat donne lieu à débats. Ces rapports sont rendus publics.»

Les rapports annuels 2018 et 2019 du CNDH  présentés par sa Présidente Namizata Sangaré comportent trois parties. La première partie est consacrée à l’état des Droits de l’Homme ; la deuxième partie a trait aux acquis, perspectives et recommandations et la troisième partie expose les activités menées par le CNDH. La situation des droits civils et politiques dans ces rapports a été appréhendée sous l’angle de la sécurité, de la justice, des  libertés, des réformes institutionnelles, des élections ainsi que de l’espace politique. Au plan des Droits Economiques, Sociaux, et Culturels,  le CNDH a porté principalement dans ses deux rapports son attention  sur l’éducation, la santé, le logement, l’immigration clandestine, la situation de la femme, de l’enfant, des personnes en situation de handicap,  la protection sociale et la culture. Au chapitre des  droits dits de solidarité, sont traitées les questions liées à l’environnement, aux pluies diluviennes et à la cohésion sociale.

Les perspectives du CNDH se résument, entre autres, quelques points  que sont la mise en place d’un Observatoire pour les processus électoraux de 2020, l’organisation des activités de vulgarisation des principaux instruments et mécanismes des Droits de l’Homme, le renforcement de son programme phare de formation et de renforcement des capacités des acteurs des Droits de l’Homme à travers l’Université des Droits de l’Homme, la poursuite  de plaidoyer pour la ratification du protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture et les traitements cruels, inhumains ou dégradants (OPCAT). Le CNDH prévoit également de poursuivre les visites dans les lieux privatifs de liberté assortis de recommandations aux autorités compétentes, de mettre en place une base de données statistiques sur les violations des Droits de l’Homme enregistrées en Côte d’Ivoire, de créer un cadre de coopération avec les Instituts de formation et de recherche en Droits de l’Homme au plan national et international et de renforcer la coopération avec les mécanismes régionaux et internationaux des Droits de l’Homme.

Gboklê/ La CRDH   aux côtés des enfants vulnérables  du Covid-19

Gboklê/ La CRDH   aux côtés des enfants vulnérables  du Covid-19

 

 Dans son mandat de promotion, de protection et défense des Droits de l’Homme, La Commission Régionale des Droits de l’Homme (CRDH)  a contribué  à la réalisation du projet de soutien et d’aide aux enfants vulnérables victimes des effets du COVID 19 dans la région du Gbôklè.  Ainsi, le mardi  10 Novembre  2020, Une activité  est mise en œuvre et pilotée par la Direction régionale du Ministère de la famille, la femme et de l’enfant. A cet effet, la CRDH est sollicitée pour l’identification et le repérage des enfants hautement vulnérables et en situation dangereuse dans les petits métiers à Sassandra.  

Haut- Sassandra /La CRDH s’engage pour la  sensibilisation en faveur de la paix

Haut- Sassandra /La CRDH s’engage pour la sensibilisation en faveur de la paix

Dans le cadre de son mandat de promotion, de protection et de défense des Droits de l’Homme, la Commission régionale des Droits de l’Homme du Haut Sassandra (CRDH-HS) et le comité de vigilance de sensibilisation d’ alerte précoces procèdent depuis le samedi 07 novembre 2020 à une sensibilisation en faveur de la paix et de la cohésion sociale dans le département de Daloa. En effet, sur instruction du Préfet de la région, un comité composé des différents présidents d’association de jeunesse et du Directeur régional de la jeunesse et emploi Jeunes a été mis en place dans le but de sensibiliser la population à la paix. Ainsi l’équipe mise en place devra passer le message de la paix dans 58 quartiers de la ville ainsi que des villages environnants.

Région du Béré/ Les jeunes invités à s’impliquer dans la cohésion

Région du Béré/ Les jeunes invités à s’impliquer dans la cohésion

 

Dans le cadre de son mandat de promotion, de protection et de défense des Droits de l’Homme, la Commission régionale des Droits de l’Homme du Béré (CRDH-Béré) , a organisé le mercredi 11 novembre 2020, au siège de la Commission une formation avec une vingtaine de jeunes sur les fausses informations et le maintien de la cohésion sociale. Cette formation a eu lieu en présence du Commissaire adjoint accompagné de deux officiers et le personnel de la CRDH du béré. Les échanges ont porté sur la législation relative aux fausses informations et la vérification de celles-ci avant diffusion. M.Ouattara Soualio, Commissaire adjoint a exhorté les jeunes à être des acteurs de paix. Et ces derniers se sont engagés à porter ce message de paix dans leurs différentes communautés.

 
Journée africaine des Droits de l’homme : Le  CNDH s’engage à faire taire les armes  par la promotion les droits de l’homme

Journée africaine des Droits de l’homme : Le  CNDH s’engage à faire taire les armes  par la promotion les droits de l’homme

Le Conseil National des Droits de l’Homme a célébré à son siège l’édition 2020 de la journée africaine des Droits de l’homme le mercredi 21 octobre 2020. ‘’Faire taire les armes et  renforcer la culture des Droits de l’homme et des peuples : les opportunités et les défis de la Covid-19’’. C’est le thème de l’année  de cette journée retenu par l’Union Africaine. Ceci, certainement pour rappeler aux Etats africains  les objectifs qu’ils se sont fixés depuis  2013, à savoir ‘’faire taire les armes à feu en Afrique  à l’objectif 2020’’ en prenant toutes les mesures  pour minimiser l’impact de la Covid-19 sur les droits des populations. « Cela suppose  de créer les conditions d’un climat de paix dans nos Etats et de se donner les moyens de venir à bout de cette pandémie. Pour notre part, le présent thème appelle à plus d’efforts et de vigilance dans la promotion et la protection des droits de l’Homme, notamment le droit à la santé mis en péril par la Covid 19 », a indiqué la présidente du CNDH,  Madame Namizata Sangaré.  A l’occasion de cette célébration, le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) a édité  un document de référence  intitulé ‘’Mécanismes africains de protection des droits de l’homme’’ qui est le reflet des engagements des Etats parties dont copie a été remise  à chaque participant. La  vulgarisation de ce document, selon la présidente du CNDH, s’inscrit dans le cadre de la coopération avec les mécanismes continentaux et sous régionaux de promotion et de protection des droits de l’homme. Notons que cette célébration a été parrainée par le ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, a enregistré la présence des représentants des chancelleries africaines en Côte d’Ivoire.  Pour rappel, la journée africaine des droits de l’homme a été instituée en 1989.

Bouaké/La CRDH-Gbêkê échange avec ‘’Génération à venir’’

Bouaké/La CRDH-Gbêkê échange avec ‘’Génération à venir’’

 

La  Commission Régionale des Droits de l’Homme-GBEKE a reçu la visite des jeunes leaders bénéficiaires du programme annuel de formation politique « Génération à venir (Genav) », mis en œuvre par la  fondation FRIEDRICH EBERT en partenariat avec l’Université Alassane Ouattara. Cette visite avait pour objectif selon M. Ruben BONI, Conseiller Jeunesse et Politique à la fondation, par ailleurs chef de la délégation, de  s’informer des missions, du fonctionnement et des actions de la CRDH Gbêkê. Les jeunes leaders de la GENAV 2020 de Bouaké ont formulé des recommandations visant à renforcer la protection des droits de l’Homme en Côte d’Ivoire.

Ils ont souhaité qu’il soit organisé des séances d’informations avec les syndicats, de former le personnel des entreprises sur certaines notions notamment le harcèlement sexuel, d’identifier et former des relais communautaires afin de faciliter la communication avec la population ; de concevoir et diffuser des vidéos présentant le CNDH, ses missions et actions. Et de retirer les enfants de l’environnement de la Maison d’Arrêt de Bouaké et réaménager le Centre d’Observation des Mineurs de Bouaké afin d’améliorer leurs conditions d’internement.

Au terme des échanges, les auditeurs du programme GENAV ont signifié leur satisfaction pour la qualité des échanges.  La visite s’est achevée par la prise de la photo de famille, suivie de la remise de documents et d’un déjeuner  offert par la fondation FRIEDRICH EBERT.

GBEKE/Elections présidentielles 2020/Des acteurs formés pour des élections apaisées

GBEKE/Elections présidentielles 2020/Des acteurs formés pour des élections apaisées

Le  Conseil National des Droits de l’Homme a organisé avec l’appui du NED,  un atelier de renforcement des capacités des parties prenantes pour des élections apaisées et respectueuses des droits de l’homme à Bouaké  les 12 et 13 octobre 2020.  Ce séminaire régional a réuni dans la région du GBEKE, les membres des CRDH et associations des régions du BERE, du HAMBOL, du PORO, du TCHOLOGO et de WORODOUGOU.

La première journée de cet atelier a consisté à la présentation de 5 modules : Comprendre le but des élections; Le cadre juridique des élections en Côte d’Ivoire; Droits de l’Homme et élections ; Standards internationaux en matière d’élections; les Leaders Ivoiriens et l’utilisation responsable des réseaux sociaux.  La seconde journée a consisté en la présentation du dernier module intitulé «Les violences basées sur le genre dans le processus électoral ( VFFE)», suivi des cas pratiques exercés par 2 groupes en atelier.  Aux termes des sessions animées par les Présidents des CRDH susmentionnées, les participants tout en saluant les actions du CNDH et cette initiative avec son partenaire, ont formulé des recommandations au CNDH, aux organes qui conduisent la tenue des élections, aux médias, en vue de la bonne tenue des élections paisibles fondées sur le respect des droits de tous.