Mission conjointe en faveur de la paix et de la cohésion sociale pour des élections apaisées: Le CNDH se déploie sur toute l’étendue du territoire du 08 au 20 Juin 2020

Mission conjointe en faveur de la paix et de la cohésion sociale pour des élections apaisées: Le CNDH se déploie sur toute l’étendue du territoire du 08 au 20 Juin 2020

Le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) organise, en partenariat avec la Chaire Unesco pour la culture de la paix, une mission conjointe d’information et de sensibilisation des populations sur les droits électoraux, les libertés politiques, les devoirs civiques et la culture de la paix consacrée à la période pré-électorale du 08 au 20 juin 2020. « Cette campagne consistera  à impliquer les populations, particulièrement les nouveaux majeurs s’enrôler sur la liste électorale pour être à même d’exercer leur droit de vote au moment opportun », a expliqué la présidente du CNDH, Madame Namizata Sangaré. Cette campagne comportera 44 sessions et se tiendra  dans les 13 communes du district d’Abidjan ainsi que dans les 31 régions administratives de la Côte d’Ivoire. Les sessions d’information et de sensibilisation auront pour cible aussi bien les nouveaux majeurs que tous les corps de la société ivoirienne sur l’ensemble du territoire national et permettront de mettre l’accent sur l’importance du respect des Droits de l’Homme et la culture de la paix et le rôle de chacun  des acteurs du corps social dans la réussite du processus électoral 2020-2021.  

AXE 1 : Man – Guiglo – Duékoué – Daloa – Bouaflé – Yamoussoukro

AXE 2 : Minignan – Odienné – Touba

AXE 3 : Gagnoa – Divo

AXE 4 : Abengourou – Adzopé

AXE 5 : Bouna – Bondoukou

AXE 6 : Boundiali – Korhogo – Ferkessedougou

AXE 7 : Dimbokro – Bongouanou – Daoukro

AXE 8 : Katiola – Bouaké – Mankono – Séguéla

AXE 9 : Aboisso – Dabou – Abgoville

AXE 10 : Sassandra – San Pedro – Soubré

 

COVID-19 dans la Région du Tchologo

COVID-19 dans la Région du Tchologo

LA CRDH s’assure du respect des mesures barrières dans les établissements.

Pour s’assurer du respect des mesures barrières contre le Coronavirus (Covid-19) aux lendemains
de la reprise des cours dans les écoles de la Région Tchologo, la Commission Régionale des Droits de
l’Homme (CRDH) du Tchologo a visité les différents établissements de la région du 18 mai au 02 juin
2020. Il ressort de cette visite que les cours ont effectivement repris. Accompagné du proviseur du lycée, elle a pu constater que les mesures barrières sont respectées dans les classes secondaires. Ce
qui n’est pas toujours le cas au niveau du primaire où les élèves n’ont pas tous des cache-nez.

La directrice de la DRENET dit avoir reçu 3000 cache-nez du ministère de l’Education national et de l’Enseignement technique qu’elle compte distribuer dans les jours à venir.

Au terme de cette visite, la CRDH s’est félicitée que ces établissements respectent généralement les mesures prises pour lutter contre la Covid-19. Elle a par ailleurs recommandé la création d’ un comité de veille dans les établissements scolaires impliquant le COGES et les parents d’élèves.

La CRDH-Guémon visite les commissariats et brigades de gendarmerie

La CRDH-Guémon visite les commissariats et brigades de gendarmerie

Dans le cadre de la protection des Droits de l’Homme, une équipe de la CRDH de GUEMON  a visité le commissariat de police et de la gendarmerie notamment  les violons le mercredi 27 mai 2020.

Cette visite a eu pour objectif de s’enquérir de la condition dans laquelle vit les gardés à vue et s’assurer du respect de leur droit dans ces lieux de privation.

Cette visite a permis à la  CRDH  d’échanger avec le commissaire adjoint, le chef de poste chargé des violons et des gardés à vue. Le même exercice a été fait à la brigade de gendarmerie où des échanges ont eu lieu avec le commandant de brigade et un gardé à vue.

 

Touba : la CRDH échange avec les communautés

Touba : la CRDH échange avec les communautés

Dans  le cadre de la mise en œuvre de sa politique  visant à rapprocher davantage le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) des populations, la commission régionale du Bafing  (CRDH-Bafing) a initié des rencontres avec les différentes communautés. Après la communauté malienne le vendredi 13 Mai 2020, la CRDH  a rencontré la communauté Guinéenne le vendredi 29 Mai 2020 dans ses locaux.

Tout en présentant le CNDH et son unité, la CRDH du Bafing les échanges ont porté sur la sensibilisation des hôtes du jour au respect  des mesures barrières contre la COVID19 et contre le travail des enfants.

Cette rencontre avait également pour but de créer un cadre d’échange et de concertation afin de mieux cerner les préoccupations des populations. Au cours des échanges cette communauté a fait part de sa disponibilité quant à sa collaboration franche dans le sens de mener à bien les missions assignées à la commission Régionale des Droits de l’Homme. Les agents de la CRDH n’ont pas manqué de rappeler à leurs visiteurs leurs responsabilités dans la mise en œuvre des droits reconnus aux enfants.

Au terme de cette rencontre une remise symbolique de la loi portant création, attribution, organisation et fonctionnement du Conseil National des Droits de l’Homme a été faite au président de la communauté guinéenne de Touba. 

La CRDH-Nawa  échange avec le coordonnateur de l’ONECI

La CRDH-Nawa échange avec le coordonnateur de l’ONECI

L’an deux mile vingt (2020).

Le lundi 27 avril, le président de la CRDH-Nawa a eu une importante séance de travail avec le coordonnateur de l’office national de l’Etat Civil et  de l’Identification (ONECI) M. Cherif Oumar.

Le coordonnateur a tenu à remercier la CRDH pour son implication dans la reprise de l’enrôlement avec les mesures de sécurités nécessaires à travers le rapport et les recommandations (rapport a madame la Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH)  sur l’arrêt du processus de l’enrôlement de l’Office National de l’Etat Civil et de l’Identification en date du 03 Avril 2020) faits aux parties prenantes sur la situation de l’enrôlement dans la région. Loin de toute spéculation autour des élections, Le coordonnateur de l’ONECI a rassuré sur le fait que la mission première de l’ONECI  est d’établir des cartes nationales d’identités pour les  populations en vue de l’utiliser pour des dossiers administratifs, bancaires et même électoraux.

Toutefois, dans ce contexte de crise sanitaire, des dispositions  (cache-nez pour les agents, des Gels hydro alcooliques, de l’eau de javel, de l’alcool pour nettoyer le capteur d’empreintes après chaque passage des requérants, le dispositif de lavage de mains et la distance de 1m) ont été pris en vue de mener à bien cette opération.

La CRDH Nawa initie des rencontres avec les acteurs impliqués dans la lutte contre le COVID-19.

La CRDH Nawa initie des rencontres avec les acteurs impliqués dans la lutte contre le COVID-19.

Après la compagnie de la gendarmerie, la direction régionale de la santé, l’établissement pénitentiaire, la direction régionale du commerce et de l’industrie, les impôts et le substitut résident du procureur, la CRDH-Nawa a rencontré le 21 avril 2020 la SODECI avec qui elle a échangé  sur la qualité et la disponibilité en eau en cette période de crise sanitaire.

Cette séance de travail qui a permis de comprendre que seul le  département  de Soubré bénéficie du ravitaillement du fleuve Sassandra. Les  autres départements ayant des ressources dans leurs différentes localités à travers des nappes phréatiques. Ainsi le traitement des eaux varie selon la source d’approvisionnement  avec une production journalière d’une moyenne de 5 222 M3. Malheureusement, cette production ne couvre pas le besoin des populations en matière d’eau.

Toutefois, l’on note que le COVID-19 n’a pas eu un incident majeur sur les activités de la SODECI locale qui a l’habitude d’assurer son service pendant les périodes de crise telles que les crises militaro-politique de 2002 et la crise postélectorale de 2011. Pour l’efficacité de son service elle a maintenu son personnel en place avec une prévision de trois (3) mois en matériel et produits.

Mise en place du mécanisme : CRDH/ Medias dans la Nawa

Mise en place du mécanisme : CRDH/ Medias dans la Nawa

Dans la mise en œuvre de son mandat, le CNDH a initié des cadres de rencontres et d’échanges avec les Forces Armées, les partis politiques et le corps diplomatique en vue de mieux appréhender la nécessité de prendre suffisamment en compte les Droits de l’Homme dans leurs activités et leur mandat. Outre ces trois expériences, le CNDH a décidé d’ouvrir ce mécanisme aux médias nationaux  et à leurs correspondants à l’intérieur du pays. Par ce Mécanisme conjoint, le CNDH se propose d’être un partenaire institutionnel et technique des médias afin de faire le monitoring des Droits de l’Homme et libertés publiques dans les différents canaux de média.

A cet effet, la CRDH- Nawa a mis en place ce mécanisme le 27 mars. Il servira de cadre d’échanges d’information , de formation et de renforcement des capacités des différents acteurs sur le traitement des différentes questions liées à la problématique des Droits de l’Homme. L’on note par ailleurs, au niveau de cette région la présence de la presse écrite, de la presse en ligne, des radios de proximités et l’Agence ivoirienne de presse (AIP).

Situant le cadre de la rencontre, le président de la CRDH-Nawa, Yacouba Diomandé a indiqué que « Nous voulons un cadre d’échange formel avec les médias afin que vous soyez bien imprégnés de nos missions. Et que vos écrits donnent aux populations, les bonnes informations pour les aider. » Il a, par la suite fait un exposé sur les attributions  du Conseil National les Droits de l’Homme (CNDH) à travers la loi N°2018-900 DU 30 Novembre 2018 portant création, attribution, organisation et fonctionnement.  Ce dernier a élucidé l’objectif premier du mécanisme qui consiste à favoriser un climat de paix et de cohésion sociale dans la Région de la Nawa par une meilleure appropriation de l’approche des Droits de l’Homme au sein des médias.

Suite à son exposé l’ensemble des médias a approuvé la mise en place de ce mécanisme qui sera pour eux un moyen de dénoncer tous les abus qu’ils constatent dans l’exercice de leurs fonctions. Ainsi Monsieur Ambroise Gina  au nom des acteurs de la presse a assuré de leurs disponibilités dans ce cadre d’échange qui sera utile à tous.

Formation : La CRDH-Guémon propose une formation aux Droits de l’Homme aux sapeurs-pompiers

Formation : La CRDH-Guémon propose une formation aux Droits de l’Homme aux sapeurs-pompiers

Dans le cadre de la promotion, de la défense et de la protection des Droits de l’Homme, la Commission régionale des Droits de l’Homme  (CRDH-Guémon) a proposé, le jeudi 28 mai 2020 ses services au personnel du centre de secours d’urgence de Duékoué. Il s’agit d’une formation pour les agents de centre de secours d’urgence afin de  renforcer leurs connaissances et leurs compétences en matière de Droits de l’Homme.

Parallélisme de forme, la CRDH-Guémon a également plaidé pour une formation de son personnel en secourisme. Une sorte de partage  d’expériences et de compétences qui devrait permettre aux deux entités de promouvoir leur secteur d’activité respectif et d’améliorer la qualité de service. Cette rencontre qui s’est tenue au siège du centre de secours d’urgence du Guémon, la commission régionale du Guémon a permis de faire la présentation de la CRDH-Guémon et une visite guidée du centre de secours d’urgence.

 

 

CRDH-LOH DJIBOUA

CRDH-LOH DJIBOUA

Mécanisme CNDH/Média (Loh Djiboua) : Des points Focaux désignés

Dans la mise en œuvre de son mandat, le CNDH a initié des cadres de rencontre et d’échange avec les Forces Armées, les partis politiques et le corps diplomatique en vue de mieux appréhender la nécessité de prendre suffisamment en compte les Droits de l’Homme dans leurs activités et leur mandat.  Outre ces trois expériences, le CNDH a décidé d’ouvrir ce mécanisme aux hommes des médias qui constituent le 4ème  pouvoir et aura un rôle déterminant à jouer au cours de l’année 2020. Par ce Mécanisme conjoint, le CNDH se propose d’être un partenaire institutionnel et technique des médias afin de faire le monitoring des Droits de l’Homme et libertés publiques dans les différents canaux de média. Cette action vise à faire en sorte que leurs actions individuelles et communes contribuent à la consolidation de la cohésion sociale et de la paix, gage d’une démocratie réussie en Côte d’Ivoire.

C’est dans ce cadre que le  jeudi 28 Mai 2020,  la commission régionale CNDH de Loh Djiboua a échangé avec l’ensemble des médias exerçant dans cette région. La rencontre qui  s’est tenue dans la salle de spectacle du centre culturel de Divo, dans un contexte particulier de crise sanitaire, a permis aux participants de jeter les bases d’une collaboration fructueuse.

Le Président de la coordination régionale (CRDH) a justifié la mise en place du mécanisme conjoint par le souci de faire de la promotion des droits de l’homme, une affaire de toutes les couches sociales et de tous les corps de métier. Ainsi les médias de par leurs actions dans le cadre du relais des informations pourraient être des acteurs importants dans la protection et la promotion des Droits de l’Homme.

Conscient des enjeux qui entourent ce mécanisme, les acteurs des médias de la région du Loh Djiboua ont  désigné SORO Yaya en qualité de point focal pour la presse écrite et SAGBOHAN Armand Tiburce comme point focal pour les radios.

Les participants ont plaidé pour une garantie sécuritaire et judiciaire pour les points focaux médias dans le cadre de l’exercice de leur tâche pour la promotion des Droits de l’Homme.

 

CRDH-CAVALLY

CRDH-CAVALLY

Réflexion sur les impacts de la crise sanitaire sur les élections à venir

La Commission régionale des Droits de de l’Homme du Cavally (CRDH-CAVALLY) a participé ce Jeudi 28 Mai 2020 à une activité de dialogue politique organisée par la MOJEC autour du thème : Quels impacts de la crise sanitaire du covid-19 sur les élections à venir ?

Ces échanges avaient pour objectif de contribuer à la réussite du processus électoral afin de parvenir à des élections sans violence. En plus de l’état des lieux sur la conduite du processus électoral en côte d’Ivoire, les participants ont analysé l’impact du covid-19 sur le processus électoral et ont fait des recommandations afin de garantir un processus électoral aboutissant à des élections présidentielles crédibles et apaisées.

Invitée par cette organisation de jeunesse, la CRDH-CAVALLY à travers son président M. TRAORÉ ZIE Innocent a sensibilisé et a exhorté les participants au respect des mesures barrières.

À cette occasion, M. TRAORÉ Zié Innocent, a été invité à remettre de façon officielle au Sous-préfet de Guiglo le CODE BONNE CONDUITE et de Déontologie, règles établies par la jeunesse issue de diverses organisations de la société civile et de partis politiques, toute réunie au sein de la MOJEC pour une élection présidentielle apaisée, crédible et transparente.