Observation électorale: Le CNDH et la société civile renforcent leurs capacités

Observation électorale: Le CNDH et la société civile renforcent leurs capacités

Le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH)  en partenariat avec l’organisation internationale de la francophonie (OIF) et le NDI a formé des membres des organisations de la société civile, membres du forum des droits de l’Homme ce jeudi 15 octobre. Ce séminaire qui s’est tenu au siège du CNDH visait à renforcement les capacités opérationnelles de ces derniers en matière d’observation électorale.

Les participants ont été instruits en une journée, sur la stratégie du CNDH ainsi que le cycle électoral et le cadre juridique des élections (nationales/régionales/internationales)

Ils ont appris, comment le CNDH et la société civile peuvent accompagner le gouvernement et la CEI en vue de parvenir à des élections apaisées et sans violence. Comment réussir le monitoring du processus électoral et l’observation électorale. Quels outils pour réussir une observation du processus électoral et les éléments à observer et avec quelle approche.

Dans son discours d’ouverture, Hassane Diane, Secrétaire général du CNDH et représentant de la présidente Namizata Sangaré, a invité les participants à mettre à profit les outils reçus « pour assurer le monitoring de la campagne électorale ainsi que pour une mission d’observation réussie. »

Reconnaissance du mérite; La Côte d’Ivoire au Conseil des Droits de l’homme de l’ONU pour  3 ans

Reconnaissance du mérite; La Côte d’Ivoire au Conseil des Droits de l’homme de l’ONU pour 3 ans

La  Côte d’Ivoire, le Gabon, le Malawi et le Sénégal ont été élus comme membres  dans le cadre du groupe des Etats d’Afrique qui avait quatre sièges à pourvoir au Conseil des Droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies, pour un mandat de trois ans (2021-2023).

 Cette élection  peut être considérée comme la reconnaissance internationale des efforts de  l’Etat de Côte d’Ivoire qui depuis  le 30 novembre 2018, s’est doté une institution nationale des Droits de l’Homme (INDH), 2018/ 900 du 30 novembre 2018,  conformément  au principe de Paris.   

Au total, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, qui siège à Genève, est composé au total de 47 Etats membres qui sont élus directement et individuellement au scrutin secret à la majorité des membres de l’Assemblée générale. Ainsi, pour le groupe des États d’Asie-Pacifique, la Chine, le Népal, l’Ouzbékistan et le Pakistan ont été élus. La Russie et l’Ukraine ont été élues dans le cadre du groupe des Etats d’Europe orientale. La Bolivie, Cuba et la Bolivie ont été élus pour les trois sièges en lice pour le groupe des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes et la France et le Royaume-Uni ont été choisis pour les deux sièges du groupe Europe occidentale et autres États. Le Président de l’Assemblée générale, Volkan Bozkir, a félicité ces pays pour leur élection.

La composition du Conseil respecte le principe d’une répartition géographique équitable, les sièges étant répartis comme suit entre les groupes régionaux : Groupe des Etats d’Afrique (13 membres), Groupe des États d’Asie-Pacifique (13), Groupe des États d’Europe orientale (6), Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes (8), Groupe des États d’Europe occidentale et autres États (7).

Le Conseil des droits de l’homme a la responsabilité de renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme autour du globe. Il est en mesure d’examiner toutes les questions et situations en lien avec les droits de l’homme qui nécessitent son attention, et ce tout au long de l’année.

Source :  https://news.un.org/fr/story/2020/10/1079792

Droits de l’homme (DH) en période électorale; Les points focaux de l’armée en formation

Droits de l’homme (DH) en période électorale; Les points focaux de l’armée en formation

Le  Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH)  et le Commandement de la 1ère Région militaire, organisent un atelier de renforcement des capacités des points focaux Droits de l’Homme des Unités des FACI de la 1ère région militaire, du 12 au 16 octobre 2020, à l’état-major du Plateau.

 Cet  atelier qui porte  sur le thème  Droits de l’Homme et nécessité de leur respect en toute circonstance, a enregistré la participation de plus de 20 points focaux des droits de l’homme de tous les corps des forces armées de Côte d’Ivoire (Faci). L’objectif  à terme étant d’amener les participant à identifier les cas de violations des Droits de l’Homme, de comprendre le processus de documentation d’un cas de violation des Droits de l’Homme, de connaître les mécanismes de protection des Droits de l’Homme, et d’assurer au mieux le rôle de militaire dans le respect des droits de l’Homme. La cérémonie d’ouverture de cet atelier a enregistré les interventions du Chef d’Etat-Major Général adjoint  des FACI, Julien N’dri Kouamé  et de Madame la Présidente du CNDH, Madame Namizata Sangaré, qui ont respectivement  invité les participants à être des  vecteurs de la promotion et de la protection et de la défense des droits de l’homme. Pour rappel, cet atelier est la suite des engagements de haut niveau visant à créer les conditions du respect des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire,  

Première édition du Programme de coaching des femmes/Les femmes leaders formées  satisfaites du contenu

Première édition du Programme de coaching des femmes/Les femmes leaders formées  satisfaites du contenu

Lancée le  mardi 6 octobre 2020, la première édition du programme coaching des femmes pour les élections, organisée par le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), à son siège sis à Cocody, les II Plateaux Vallons, en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour les Femmes ( OnuFemmes) a pris fin le vendredi 09 octobre. Ce programme qui  s’inscrit dans le cadre de l’Observatoire des Droits de l’Homme, lancé le 11 juin 2020, avait pour objectif de contribuer à la consolidation de la paix à travers la mise en œuvre du principe des 3 P Prévention, Promotion, et Protection des Droits de l’homme. La formation a enregistré la participation d’une centaine de femmes leaders  reparties  deux groupes dont chacun a eu droit deux jours de formation. Chaque groupe a pu suivre trois communications avec les mêmes sous-thèmes. A savoir  ‘’participation des femmes à la vie publique et politique’’,  ‘’Système électoral ivoirien’’, ‘’ organisation d’une campagne électorale’’ respectivement présentés par des experts et spécialistes de ces questions. Au terme de cette formation, ces femmes ont marqué leur gratitude au CNDH pour cette initiative qui va leur permettre de réaffirmer davantage le leadership sur la scène politique.

Haut-Sassandra/Le mécanisme conjoint CNDH-FACI  pour envisager les élections

Haut-Sassandra/Le mécanisme conjoint CNDH-FACI  pour envisager les élections

Le mercredi 07 octobre 2020, la Commission Régionale des Droits de l’Homme du Haut-Sassandra a organisé la réunion mensuelle avec les  forces armées de Côte d’Ivoire (FACI) dans la salle de réunion de la deuxième région militaire. Cette rencontre dénommée mécanisme conjoint CNDH-FACI de suivi des cas de violations des droits de l’homme par les militaires n’a enregistré aucun cas. La CRDH a donc échangé avec les hommes en armes autour du thème: Le rôle des FACI en période électorale. Selon lui, les FACI doivent sécuriser de façon impartiale le processus électoral en veillant à assurer la participation citoyenne de toutes les franges de la population et éviter les actes de nature à provoquer la méfiance de la population. A aucun moment, elles ne doivent intervenir dans le processus. Pour terminer, les FACI ont donc été invitées  à n’assurer que la sécurité des biens et des personnes à cette période.

La CRDH- Kabadougou soutient la mise en oeuvre de la feuille du transport propre

La CRDH- Kabadougou soutient la mise en oeuvre de la feuille du transport propre

 
 
 La CRDH-KABADOUGOU a pris part,  le samedi 26 septembre 2020, à l’atelier de présentation de la feuille de route mobilité durable de la Côte d’Ivoire au sein de salle de réunion de la préfecture d’Odienné.  Cet atelier a été organisé par l’observation Mondiale Africain (OMA) sur l’initiative de l’Organisation International Climate Chance. L’OMA a été créé en 2016 à la suite de la COP 21 et se veut une solution pour l’amélioration du secteur du transport, son objectif étant de parvenir à un transport propre, sain et decarbonisé pour une réduction de 30% des gaz à effet de serre d’ici 2030.
Au niveau de la région du Kabadougou, il était important de mobiliser l’ensemble des acteurs du transort pour une bonne mise en œuvre de la feuille de route qui serait d’un grand intérêt pour les populations de la région.
KABADOUGOU/Formation des membres de l’Union des Sociétés Civiles du Denguelé (USCD) sur l’observation électorale

KABADOUGOU/Formation des membres de l’Union des Sociétés Civiles du Denguelé (USCD) sur l’observation électorale

Dans le cadre de la tenue d’une élection présidentielle libre, transparente et crédible, l’Union des Sociétés Civiles du Denguelé (USCD) s’active à prendre une part importante dans le processus électoral. À cet effet, l’USCD a saisi la CRDH-KABADOUGOU à l’effet de procéder à la formation de ses membres sur l’observation électorale au regard du rôle prépondérant qu’elle joue dans la tenue d’élection apaisée. Ainsi, les 6 et 7 octobre 2020, la CRDH-KABADOUGOU a procédé à un atelier de formation des membres de l’USCD sur l’observation électorale.

Région sud-comoé/La CRDH sensibilise sur le  respect des Droits de l’Homme en période électorale

Région sud-comoé/La CRDH sensibilise sur le  respect des Droits de l’Homme en période électorale

Dans le cadre des activités de sensibilisation à la cohésion sociale en prélude aux échéances électorales 2020 du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), à travers sa commission régionale du Sud Comoé et l’ONG l’Assistance aux Démunis et la Défense des Droits de l’Homme (CNA3DH) ont tenu, le vendredi 25 septembre 2020 à la salle Jean Baptiste Mockey de Grand-Bassam, une communication sur le thème : « le respect des Droits de l’Homme en période électorale ». Cette session a été meublée, par une cérémonie d’ouverture ponctuée du mot de bienvenu de Monsieur Séraphin Mailley SAHIE, Président de l’ONG CNA3DH, et l’allocution d’ouverture de Monsieur Maximin ADJE, représentant du Conseil Régional. Ils  ont sensibilisé l’assistance à la paix, à la cohésion sociale, à la tolérance et à la fraternité. Dominique MILAN, président du CRDH du Sud Comoé, a axé sa communication  sur le thème : « le respect des Droits de l’Homme en période électorale », en mettant l’accent sur deux axes majeurs : les Généralités sur les droits de l’homme et les élections ; et les droits de l’homme spécifiques aux élections. Au  terme de sa communication, au jeu des questions-réponses avec les participants. Ont pris part à cette activité Monsieur le Représentant du Conseil  Régional du Sud-Comoé, Monsieur Maximin ADJE ; Monsieur le Président du Comité National pour l’Assistance aux Démunis et la Défense des Droits de l’Homme (CNA3DH), Monsieur Séraphin Mailley SAHIE ; Monsieur le Président de la Commission Régionale Droits de l’Homme Sud-Comoé Monsieur. Dominique MILAN ; les chefs coutumiers et Guides religieux ; les responsables d’organisations de femmes et de jeunes ; des organisations de la société civile ; les Chefs de communautés ethniques et étrangères.

Région du Tonkpi/ Paix et cohésion sociale   Le CRDH échange avec la société civile de Danané

Région du Tonkpi/ Paix et cohésion sociale   Le CRDH échange avec la société civile de Danané

 

La Commission régionale des droits de l’homme (CRDH) du Tonkpi a participé à une rencontre d’échanges avec la société civile locale du département de Danané sur le maintien de la paix et la cohésion sociale dans le contexte électoral. Conformément à son mandat de promotion et de protection des droits de l’homme, la CRDH du Tonkpi, en tant que unité opérationnelle du CNDH, a voulu s’associer à cette initiative locale visant à endiguer de la communauté de Danané, les violences qui ont connu une montée spectaculaire depuis la phase de dépôt des candidatures à la présidentielle. Il a été question pour la CRDH de marquer sa volonté de soutenir toutes actions entreprises dans le sens de vulgariser les idéaux de cohésion et de paix. L’officier des droits de l’homme en charge des activités de promotion pour l’occasion instruit les OSC du département de Danané sur les méthodes et moyens appropriés pour instaurer la paix dans le contexte électoral actuel. Privilégiant le dialogue, il a invité les défenseurs des droits humains à s’ériger en facilitateur social à travers un plaidoyer permanent et inclusif adapté aux réalités de la localité.

Droit de la femme/La CRDH Tonkpi  soutient une activité sur l’avortement sécurisé  

Droit de la femme/La CRDH Tonkpi  soutient une activité sur l’avortement sécurisé  

 

La commission régionale des droits de l’homme du Tonkpi a participé le 29 Septembre 2020 à la célébration de la journée internationale du droit à l’avortement sécurisé. Conformément à son mandat de promotion  des droits de l’homme, la CRDH du Tonkpi en tant que unité opérationnelle du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) dans sa circonscription a voulu s’associer à cette initiative locale visant à vulgariser le droit fondamental pour les jeunes filles victimes de viol, d’agression sexuelle ou se trouvant dans des circonstances mettant leur vie et/ou celui du fœtus en danger. Il a été question pour l’équipe de la CRDH  d’encourager l’initiative du groupe de plaidoyer (AGNDR) qui se veut être un groupe de plaidoyer engagé pour l’harmonisation des textes de lois ivoiriens avec les engagements internationaux de l’Etat pour ce qui concerne les droits fondamentaux énuméré dans l’accord de Maputo. Après un atelier de dissémination réalisé,  la CRDH a accompagné l’AGnDR sur le plateau d’une émission radiophonique à radio Maria Man. Ce fut l’occasion d’expliquer aux auditeurs les obligations qui pèse sur l’Etat ivoirien après avoir ratifié ledit protocole. L’action de l’AGnDR vise à résoudre une problématique sociale : 25% des ménages de la région du Tonkpi procèdent à des avortements dont 6/10 ne sont pas sécurisés. Cette situation est la cause de 18% des décès maternels.