Reconnaissance du mérite; La Côte d’Ivoire au Conseil des Droits de l’homme de l’ONU pour  3 ans

Reconnaissance du mérite; La Côte d’Ivoire au Conseil des Droits de l’homme de l’ONU pour 3 ans

La  Côte d’Ivoire, le Gabon, le Malawi et le Sénégal ont été élus comme membres  dans le cadre du groupe des Etats d’Afrique qui avait quatre sièges à pourvoir au Conseil des Droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies, pour un mandat de trois ans (2021-2023).

 Cette élection  peut être considérée comme la reconnaissance internationale des efforts de  l’Etat de Côte d’Ivoire qui depuis  le 30 novembre 2018, s’est doté une institution nationale des Droits de l’Homme (INDH), 2018/ 900 du 30 novembre 2018,  conformément  au principe de Paris.   

Au total, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, qui siège à Genève, est composé au total de 47 Etats membres qui sont élus directement et individuellement au scrutin secret à la majorité des membres de l’Assemblée générale. Ainsi, pour le groupe des États d’Asie-Pacifique, la Chine, le Népal, l’Ouzbékistan et le Pakistan ont été élus. La Russie et l’Ukraine ont été élues dans le cadre du groupe des Etats d’Europe orientale. La Bolivie, Cuba et la Bolivie ont été élus pour les trois sièges en lice pour le groupe des Etats d’Amérique latine et des Caraïbes et la France et le Royaume-Uni ont été choisis pour les deux sièges du groupe Europe occidentale et autres États. Le Président de l’Assemblée générale, Volkan Bozkir, a félicité ces pays pour leur élection.

La composition du Conseil respecte le principe d’une répartition géographique équitable, les sièges étant répartis comme suit entre les groupes régionaux : Groupe des Etats d’Afrique (13 membres), Groupe des États d’Asie-Pacifique (13), Groupe des États d’Europe orientale (6), Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes (8), Groupe des États d’Europe occidentale et autres États (7).

Le Conseil des droits de l’homme a la responsabilité de renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme autour du globe. Il est en mesure d’examiner toutes les questions et situations en lien avec les droits de l’homme qui nécessitent son attention, et ce tout au long de l’année.

Source :  https://news.un.org/fr/story/2020/10/1079792

Droits de l’homme (DH) en période électorale; Les points focaux de l’armée en formation

Droits de l’homme (DH) en période électorale; Les points focaux de l’armée en formation

Le  Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH)  et le Commandement de la 1ère Région militaire, organisent un atelier de renforcement des capacités des points focaux Droits de l’Homme des Unités des FACI de la 1ère région militaire, du 12 au 16 octobre 2020, à l’état-major du Plateau.

 Cet  atelier qui porte  sur le thème  Droits de l’Homme et nécessité de leur respect en toute circonstance, a enregistré la participation de plus de 20 points focaux des droits de l’homme de tous les corps des forces armées de Côte d’Ivoire (Faci). L’objectif  à terme étant d’amener les participant à identifier les cas de violations des Droits de l’Homme, de comprendre le processus de documentation d’un cas de violation des Droits de l’Homme, de connaître les mécanismes de protection des Droits de l’Homme, et d’assurer au mieux le rôle de militaire dans le respect des droits de l’Homme. La cérémonie d’ouverture de cet atelier a enregistré les interventions du Chef d’Etat-Major Général adjoint  des FACI, Julien N’dri Kouamé  et de Madame la Présidente du CNDH, Madame Namizata Sangaré, qui ont respectivement  invité les participants à être des  vecteurs de la promotion et de la protection et de la défense des droits de l’homme. Pour rappel, cet atelier est la suite des engagements de haut niveau visant à créer les conditions du respect des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire,  

Présidentielles 2020/ Genre et élections participatives apaisées; Plus de 80 chefs traditionnels formés par le CNDH à Yamoussoukro

Présidentielles 2020/ Genre et élections participatives apaisées; Plus de 80 chefs traditionnels formés par le CNDH à Yamoussoukro

Contribuer à la sensibilisation des Rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire sur les questions relatives aux droits de l’Homme, au genre et aux élections participatives apaisées. C’est l’objectif que s’est assigné le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) qui a organisé, en partenariat avec le Programme des Nations Unies pour le Développement (Pnud),   un atelier  qui a réuni plus 80 rois et chefs traditionnels, à Yamoussoukro, capitale politique de la Côte d’Ivoire, du 27 au 29 septembre 2020.

 «Là où on s’aime, il ne fait jamais nuit », c’est à travers  ce proverbe africain, que la Présidente du CNDH, Madame Namizata Sangaré, a invité les garants des Us et Coutumes, venus tous les quatre coins du pays, à  continuer  de cultiver l’amour et  la paix  pour  consolider la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, elle a invité les participants à porter un regard attentif sur les obligations et les normes à respecter pour assurer à notre pays des élections ouvertes, transparentes et apaisées, reflet de la volonté du peuple.

Après avoir reconnu l’importance de cet atelier, qui se présente à eux comme, un cadre de partage d’expériences sur la gouvernance communautaire  et la tenue d’élections apaisées,  Sa Majesté, Nanan Amon Tanoé,  président de la Chambre National  des Rois et chef traditionnels  (CNRT), a apprécié à sa juste valeur  l’opportunité de cette rencontre : « Le contexte sensible de la période électorale et les tensions qui se font déjà sentir méritent que nous puissions œuvrer à la tenue  d’élections apaisées. Pour ce faire, connaître les principes  y afférents est un préalable que nous aborderons tout au long de ces deux jours de formation » a-t-il expliqué.

Notons que le premier jour de cet atelier a été ponctué par trois communications : “Généralités sur les droits de l’homme,” ” Cadre juridique des élections et normes relatives aux droits de l’homme en matière électorale’’ et  ‘’Genre dans la gestion communautaire et la gouvernance locale’’, présentées respectivement  par  Oka Thierry, du CNDH,  Kevin Adomayapkor, directeur résident NDI et  Madame Marguerite YOLI-BI, Expert Consultante. 

Trois autres communications sont au menu pour le second jour à savoir ‘’Contributions des Rois et chefs traditionnels pour les élections apaisées’’,  ‘’les différentes phases et opérations du cycle électoral’’ et  “Approche des droits de l’homme dans la gestion des conflits en période électorale.” Notons que cet atelier sera sanctionné  par des recommandations.

Promotion du Civisme et des droits de l’homme: Le salut aux couleurs institué au CNDH

Promotion du Civisme et des droits de l’homme: Le salut aux couleurs institué au CNDH

Il  est institué au Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) à compter de ce lundi 7 septembre 2020, une cérémonie de salut aux couleurs du drapeau national, chaque premier lundi  du mois. La première édition de cette cérémonie a eu lieu ce lundi 7 septembre au siège du CNDH,  en présence  du Secrétaire d’Etat chargé du service Civique, des représentants de quelques ministères techniques du gouvernement, des représentations diplomatiques et des organisations de la société civile. Situant l’esprit de cette rencontre, la présidente du Conseil National des Droits de l’homme, Namizata Sangaré,  a indiqué qu’il s’inscrit  dans un contexte de destruction de biens et d’édifices publics et privés, de non-respect des  institutions et symboles de la République, d’agressions contre des commis de l’Etat, montrant ainsi  que le civisme est en crise dans notre pays. D’où cette action   du  CNDH pour montrer la voie aux populations en général et aux jeunes en particulier, et susciter ainsi leur engagement total en faveur de la Côte d’Ivoire. A cet effet,  la présidente du CNDH, a invité à des actions concertées et cohérentes, afin de ramener le civisme dans le quotidien des citoyens, des  collectivités et de la nation. Après avoir indiqué que l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme sont indissociables, le Secrétaire d’Etat au civisme, Siaka Ouattara, a salué cette initiative du CNDH qui intervient dans cette période de crispation de l’environnement politique. « Cette initiative traduit éloquemment votre volonté de contribuer à la création d’un environnement apaisée en Côte d’Ivoire », a-t-il reconnu, avant de marquer sa disponibilité à accompagner le CNDH pour la pérennisation de cette activité qui contribue au renforcement du civisme et de la citoyenneté.  La cérémonie s’est achevée par la remise des symboles de l’Etat à la présidente du CNDH par le secrétaire d’Etat. Il s’agit du portrait du Président de la République, d’un drapeau pavillon et d’un dépliant relatif aux cinq symboles de la République.

La présidente du CNDH accorde une audience au Groupement des Partenaires politiques pour la Paix (GP-PAIX)

La présidente du CNDH accorde une audience au Groupement des Partenaires politiques pour la Paix (GP-PAIX)

C’est ce mardi 23 juin 2020 à 10h que la Présidente du
Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), Madame Namizata Sangaré, a rencontré les responsables du Groupement des Partenaires Politiques pour la Paix (GP-paix) pour la réception d’une requête.
Madame la Vice-Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme, a fait savoir que Le CNDH était heureux d’être sollicité en dernier recours pour la résolution des différends.
Madame la Présidente du Conseil National des Droits de l’Homme, a salué l’initiative, puis montrer la disponibilité de l’institution a traité la requête conformément aux lois en vigueur en Côte d‘ Ivoire.

Boukani: mission d’information et de sensibilisation au respect des Droits de l’Homme et à la culture de paix en période électorale

Boukani: mission d’information et de sensibilisation au respect des Droits de l’Homme et à la culture de paix en période électorale

Depuis le 08 juin 2020, une mission conjointe CNDH et  CHAIRE UNESCO est effectuée sur toute l’étendue du territoire national ivoirien. En effet, ce sont trente- une régions selon le découpage    administratif de la COTE D’IVOIRE qui accueillent cette équipe.

La région du BOUNKANI située au Nord-Est de la COTE D’IVOIRE entre le BURKINA FASO et le GHANA, a reçu cette équipe avec à sa tête le Secrétaire Exécutif du CNDH M. BAMBA SINDOU à la date du 11 juin 2020 au chef-lieu de région (BOUNA) par la Commission Régionale des Droits de L’Homme du BOUNKANI avec à sa tête M. GBATO JULES, PRESIDENT de ladite Commission.

 Cette mission menée en partenariat avec la Chaire UNESCO pour la culture de la paix avait pour but d’informer et de sensibiliser les populations au respect des droits de l’homme et à la culture de paix en période électorale.

La rencontre étant prévu dans la cours de la préfecture s’est finalement déroulement au foyer de jeunes compte tenu de la situation météorologique du jour.

La salle du foyer des jeunes de Bouna a servi de cadre d’échanges entre le secrétaire exécutif du CNDH et le public venu écouter le message qui lui était destiné. Cette rencontre a enregistré la présence du préfet de région et du Maire résident, les représentants départements ministériels, les associations et ONG du Bouna.

Avant l’ouverture de la cérémonie c’est le Maire résident qui a souhaité la bienvenue à la délégation du CNDH et la Chaire UNESCO. C’est après le mot du bienvenu du Maire que le Préfet de Région, Préfet du Département de Bouna a ouvert la cérémonie.

Le Secrétaire Exécutif, dans son message, a d’abord fait une brève présentation du CNDH en déclinant son mandat. Il a ensuite expliqué le contexte de la mission. Il est question des élections présidentielles d’octobre 2020. Lesquelles élections sont précédées de l’opération d’enrôlement pour la carte nationale d’identité en cours et de l’opération de révision de la liste électorale qui a démarré le 10 juin pour finir le 24 juin 2020.

Poursuivant, il a rappelé aux populations l’importance de se faire enrôler pour l’obtention de la carte nationale d’identité et surtout l’inscription sur la liste électorale qui est un droit pour elles. Il a encouragé les jeunes et les femmes, les nouveaux majeurs notamment, à participer au processus électoral. Il les a également sensibilisés à développer la culture de paix et la non-violence tout au long de la période électorale. Il a insisté sur le fait que pour des cas de violations de leurs droits politiques, le CNDH, à travers la CRDH, est à leur écoute. Il a alors rappelé la mission du CNDH et a invité les populations à le saisir par le canal de la Commission Régionale des Droits de l’Homme, pour tous les cas de violations des droits électoraux.

La CRDH-Bafing redonne le sourire à une élève.

La CRDH-Bafing redonne le sourire à une élève.

K.S fillette âgée de 8 ans et élève en classe de CP1 dans la toute première école communautaire ouverte le 16 Décembre 2019 dans le village de Londana a retrouvé ses amis de classe.

En effet K.S orpheline de père, élève très brillante  vu ses résultats (4ème  de la classe sur un effectif de 28 élèves à la dernière évaluation) avait été retirée de l’établissement par sa mère dame C. au motif que KS ne serait pas une bonne élève, et investir dans son éducation serait pour elle une peine perdue. Elle évoquait un problème lié à sa relation tumultueuse avec les parents de son défunt mari , tantôt un problème lié à un manque de moyen financier. Plusieurs négociations entreprises par des personnes ressources (l’institutrice, le président du Coges, puis le chef du village) se sont soldées par un refus catégorique de la mère. Saisie de cette affaire, la CRDH-Bafing a rendu visite à Dame C. ce lundi 22 juin 2020, dans l’optique de ramener sa fille à l’école.

Après plus de 2 heures d’échange avec la mère, en présence des personnes ressources citées plus haut, Dame C. s’est résolue à laisser sa fille K.S reprendre le chemin de l’école.

Formation intensive sur le système judiciaire ivoirien

Formation intensive sur le système judiciaire ivoirien

Afin de favoriser une meilleure connaissance du système judiciaire ivoirien, à travers la présentation de son mode de fonctionnement et au regard de l’engouement qu’a suscité la première session, le Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH) organise la deuxième session de formation intensive sur le système judiciaire ivoirien.

L’Objectif de cette formation vise à contribuer l’amélioration de  la compréhension du système judiciaire et de son fonctionnement, par les acteurs des institutions nationales et internationales, de la société et des défenseurs des Droits de l’Homme.

Les inscriptions sont ouvertes du 2 au 12 juin 2020

Durée de la formation : Du 15 au 19 juin 2020 soit cinq (05) jours 

Nombre de place limité à 50 afin de respecter les mesures barrières

Offre soumise à condition

Pour tous renseignement complémentaire contacter : Contact : 22 52 00 90/ 48 33 33 84 /71 10 20 53/ uddh.cndhci2018@gmail.com